Pourquoi ai-je parrainé Jean-Luc Mélenchon ?

Il y a bien longtemps que je m’intéresse à la politique, à ce qu’elle a de noble, à la vie de la cité, ce qu’il y a de bon pour elle et ce qui peut faire le bonheur des gens…

Or, au fil des années, j’ai vu se succéder Pompidou, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, sans avoir vu un réel impact sur la vie des gens, si ce n’est une longue suite de déceptions, un sens unique vers un précipice que nous touchons du doigt avec l’actuel président.

L’élection de 1981 a levé un immense espoir puis 28 mois après, le système a repris ses droits.

C’est à ce moment-là que j’ai pris conscience de ce qui nous dirigeait vraiment, que je nomme précédemment « le système » ! En fait, une poignée d’individus se sont accaparés le pouvoir pour mener à bien le seul projet susceptible de servir leurs intérêts et d’augmenter leurs fortunes, au détriment de tous les autres à qui on laisse croire que c’est pour leur bien et que sont défendus leurs droits de citoyens ; mais qu’en est-il ?

Je faisais allusion dans une intervention récente au Monument aux Morts, au conseil national de la résistance ; quand, depuis le CNR, des hommes de bonne volonté, de toutes tendances confondues, se sont-ils assis autour d’une table pour mettre en place un plan qui permettrait aux gens de vivre mieux ?   Pourtant, nombre d’entre eux sont animés par les mêmes choses ; car si l’on fait abstraction de nos désirs personnels et particuliers, qu’est ce qui nous ferait le plus plaisir au fond ? Pas grand-chose, enfin du moins rien d’inatteignable : un toit, de quoi se nourrir, se soigner, envoyer nos enfants à l’école et partager quelques moments de convivialité en famille et entre amis… Ceci fait notre cercle commun de vie, et ce n’est pas trop demander, il me semble !

Depuis 21 mois que je suis maire, j’ai compris que tout était verrouillé, et que la commune, cellule de base de la République était diminuée, privée de toutes ressources, réduite à une mendiante de subventions distribuées par les gardiens du système et mise dans la quasi-incapacité de répondre aux besoins essentiels des gens.   

Pourtant aujourd’hui, ce minimum vital n’est plus systématiquement acquis pour tout le monde, et même de moins en moins à la portée du plus grand nombre…

« Systématiquement », le mot revient et nous ramène au « système » évoqué au début de ce propos et cela tombe bien car c’est précisément ce que nous devons choisir maintenant, tant cette élection présidentielle ressemble à un baroud d’honneur pour l’avenir des gens. En effet, que restera-t-il de notre protection et de toutes nos conquêtes sociales dans 5 ans si le système actuellement au pouvoir est reconduit ? Pouvons-nous supporter encore longtemps le mécanisme de la finance à l’extrême ? Que restera-t-il, si l’extrême finance continue à se nourrir de nos biens essentiels ? Sa feuille de route est si simple : faire du profit, destiné aux poches d’une poignée, avec tout ! Le logement, la nourriture, l’eau, la santé, l’école, la culture, la fin de vie, le droit de se déplacer… Et pourquoi pas demain de respirer, de s’aimer, de s’embrasser ? 

Donc, je sais bien, Mélenchon n’est pas parfait, il a son caractère, méditerranéen (moi aussi), mais qui est parfait ? Je le connais depuis 2008 et je sais qu’il est avant tout humain, qu’il aime les gens (et pas l’argent) et que son seul souhait est de rendre possible la bifurcation nécessaire à la survie du monde que nous connaissons.

 Il a un entourage fermé ? Mais n’a-t-il pas néanmoins permis la mise en place de ce formidable levier qu’est aujourd’hui « l’union populaire » et son parlement, où s’amalgame tant de bonnes personnes animées par la même envie de construire un autre monde fait d’harmonie entre les humains et avec la nature ?

Et puis surtout, il y a l’avenir en commun, le programme, élaboré, approfondi, fignolé, depuis de nombreuses années par plein de gens animés de ce même désir d’un monde meilleur. Des fortes têtes, j’en connais beaucoup, qui ne sont pas prêtes à transiger ou à s’endormir si le pouvoir leur est confié. Et ça, c’est sans doute le plus important : la garantie que le programme sera respecté et que la conquête du pouvoir n’est pas une fin en soi !

Pour conclure plus légèrement, je pense à cette expression qui dit « quand je me regarde, je ne suis pas pleinement satisfait, mais quand je me compare, je me console ». En la circonstance, si je regarde les forces en présence et si j’exclus ceux qui n’auront pas la capacité d’atteindre le second tour, y compris la droite traditionnelle, qui a mis dans la course une candidate qui ne gênera pas le président sortant, preuve qu’il leur convient parfaitement ; il reste 4 candidats.

Trois servent le système, directement pour le président sortant et le journaliste du Figaro propulsé sur le devant de la scène par les médias, sorte de roue de secours au cas où le vrai visage du premier nommé apparaisse au grand jour et le disqualifie ;   ou indirectement, la candidate de l’extrême droite remplissant parfaitement son rôle de chien de garde, comme l’histoire nous l’a démontré à maintes reprises « plutôt eux que le front populaire » et il y a Mélenchon, qui représente un réel espoir de changement et de reprise en main de notre destin commun.

Voilà mes amis ce que je voulais vous dire à une semaine de cette élection cruciale, j’espère que vous le prendrez comme cela est pensé, sincèrement et toujours avec à cœur le bien du plus grand nombre.

Pascal PENETRO – Maire de FOS

15 Comments

  1. Monsieur le maire,
    je trouve désolant votre article dans “la petite gazette de Fos”. Non, que vous vouliez vous justifier de votre parrainage à un “descendant de Fidel Castro”…
    Mais, que par votre “bonne parole” vous fassiez une litanie très argumentée (sur un plan historique… devant un monument aux morts – “les pauvres”… dans une supplique anti-système), et pour les “vivants”, que vous leur disiez pour qui il faut voter.
    Ce petit village de Fos a connu les affres d’égos bien “dimensionnés”,(toute comparaison avec JL Mélanchon est fortuite de votre part), mais, là, dans ce manège, vous nous faîtes “toucher le pompon”.

  2. Monsieur le Maire
    Je trouve dommage d’utiliser la petite Gazette de Fos comme outil de propagande politicienne ,elle n’a pas été créé pour cela !
    De plus ,les médias s’en chargent déjà largement.

  3. Pascal nous ne sommes plus au 19e siècle quand le patron ou le riche bourgeois du village faisait pression sur ses concitoyens lors d’élections municipales par exemple.
    Tu ne respectes pas une règle déontologique de base du maire!Nous sommes des citoyens
    informés et cultivés nous n’avons pas besoin de guide.

  4. Petite question aux esprits chagrins : A quoi peut bien servir les parrainages, tels qu’ils sont faits à l’heure actuelle, visibles par tous ? A part à permettre la pression des administrations et organismes de subventions, ainsi que de la critique populaire sur les maires et communes y participant ?
    Je trouve plutôt sensé et courageux de donner un argumentaire à un choix assumé. Ceci ouvre au débat !
    Vous avez le droit, évidemment de n’être pas d’accord avec le fond et la forme, mais appeler un chat un chat. La propagande ne se situe pas à ce niveau, elle se situe dans vos postes de télévision aux émissions et chaines orientées, sous les primes aux énergies ou à la vie chère du gouvernement, derrières les mesures d’allègement des protocoles contre le COVID-19, au sein des journaux et radios complaisants, portée par les affiches placardées partout…
    Etrange cette élection où le débat est placé au rang des corvées “non essentielles” ! Etrange que l’on ne puisse plus donner son avis dans cette parodie d’élection présidentielle !
    Et j’imagine que les morts, dont beaucoup se targuent de connaitre l’opinion ou de ressentir la peine qu’ils pourraient ressentir (je peux donc parler pour eux moi aussi), doivent se retourner dans leurs tombes en voyant l’état de décadence de notre société…
    En attendant le verdict plus ou moins fiable que nous donneront l’administration et les médias dans moins d’une semaine, quelqu’un a-t-il un autre point de vue que celui de monsieur Le Maire à exprimer dans notre gazette (média d’expression et d’information LIBRE, il me semble) ?
    Je note également que le terme “anti-système” n’est pas un gros mot, tout comme “complotisme”, fort commodément utilisé à toutes les sauces, même celles de plus mauvais goûts.
    Pour ma part, je vous remercie monsieur Le Maire d’avoir mis par écrit une analyse de ces élections présidentielles, que peu de journalistes en vue ou “mainstream” auront le courage de faire. J’en arrive au même conclusion et, sachant que M. Mélenchon fait parti du même milieu gangréné que les autres, j’en arrive à penser que nous n’avons que bien peu de choix en réalité. Mais jouons…! A la roulette russe (pardon pour le jeu de mot, mais l’expression est ainsi), nous pouvons encore survivre. Ce ne sera pas la première fois que l’on nous oriente sur le choix d’un Président en France.
    Bon courage à tous !

  5. Bonjour Monsieur le Maire, bonjour à tous et toutes,
    Qui peut dire quand le 2ème bulletin municipal paraîtra pour informé les fosséens et fosséennes, en particulier, de l’évolution des travaux à la gentilhommiere après l’octroi d’une subvention de 150k€ par l’Etat ? Merci par avance aux communicants officiels. Bien cordialement et bonne journée.

  6. Je me permets de dire qu’il s’agit ici d’une gazette. Qui dit gazette dit média selon moi. Les médias servent à informer et à s’exprimer librement dans notre république.
    Je m’amuse à entendre tous les candidats défendre de manière pitoyable leurs objectifs. L’un ou l’une sort une idée et, tout à coup, les autres en sortent une similaire sans jamais tenir compte de l’état des finances de notre pays. Pour moi, ce sont tous des assoiffés de pouvoirs prêts à tout pour être à la tête de notre pays. Nous n’entendons pas notre président actuel qui doit escompter sur ces batailles de comptoir pour demeurer président de la République. Quand je vois tout ce cirque, je comprends que le taux d’abstention prévu soit si élevé. Je reconnais que celui qui paraît le plus sincère et être celui qui semble avoir un réel programme dont il ne déroge pas c’est Jean Luc Melenchon. Maintenant il ne faut surtout pas oublier que le gouvernement actuel a essuyé pas mal de crises : gilets jaune, COVID, guerre en Ukraine. Tout ceci a des répercussions internes et internationales, ce sur du long terme. Nous allons en payer la facture. C’est donc à nous électeurs de faire le meilleur choix pour notre pays qui selon moi doit rester au sein de l’Europe, et (pourquoi pas) procéder à des avancements institutionnels. La France me semble engluée dans la peur du changement à tous les niveaux. Nous sommes dans l’ère du chacun pour soi. Les mentalités devraient fondamentalement changer pour le bien de tous.

  7. La Gazette permet de s’exprimer quelque soit le sujet.Il suffit de regarder les historiques, on y trouve aussi bien des infos politiques, que des animations, ou des demandes d’aides, la vie d’un village tout simplement
    Merci Pascal pour ta transparence. Personne ne pourra critiquer cela, à part les irréductibles malveillants

    • Pascal F.
      “Irréductibles malveillants”
      Ou
      “Irréductibles clairvoyants”
      La petite Gazette de Fos devra à l’avenir n’être que la tribune d’un seul groupe qui pourra alors s’auto-congratuler de ses faits et gestes!

      • Alain BATES Il n’y a aucune auto congratulation,la preuve je m’étais positionné contre la fermeture de la Genthilommiere par rapport au Pass. Mais il est bienveillant de dire ce qui est positif

      • Je tiens à relever que “un seul groupe” n’est déjà pas qu’un seul homme, donc il y a tout de même énergie (positive et négative) de groupe, essentielle et inéluctable à notre vie en société.
        Groupe qui n’est pas définissable puisque l’on peut s’intégrer ou s’extraire du groupe selon le moment et le thème.
        Groupe dont vous faites parti, puisque vous vous donnez les moyens de commenter, ce que d’autres ne font pas (une opposition et un débat se construisent quand toutes les parties participent de manière égales).

        Nous vous lisons et il me parait poli et honnête que d’autres vous répondent, quand il y a désaccord. C’est pour moi le sens et l’intérêt de la discussion et du débat. D’ailleurs, je ne vois pas tant de congratulation que vous sur cette gazette. Il me parait y avoir des gens qui postent des informations et des gens qui les commentent/critiquent/soutiennent/précisent etc… (certes, avec parfois beaucoup plus de virulence que n’en réclame le sujet en lui-même).

        Ce qui n’est pas visible directement sur ce site, ce sont les enjeux réels de ces joutes verbales, parfois vraiment mesquines. Ils sont à chercher dans les intérêts personnels et rivalités de village, très prononcées à Fos, et pour moi totalement improductifs. Sauf à se faire duper et à se perdre dans les narratifs officiels oligarchiques et médiatiques, plutôt que de construire un avenir réellement vivable localement.

        Pour ma part, j’apprécie les interventions que je lis dans cette gazette, tout en me permettant de souligner la maladresse ou la malhonnêteté des remarques agressives et querelleuses que l’on peut parfois y trouver. J’accepte tout à fait que nous pensions différemment et je me fais une joie de vous en faire partager les divergences et les nuances.
        Et vous ?

        • Madame Hanriot
          Je pense que toutes vos litanies ne sont pas au service de notre village mais ont d’autres vocations !
          Sachez que j’aime mon village tout en étant apolitique et profondément pragmatique.
          Je me tiens donc à votre disposition pour échanger verbalement sur tous les sujets liés à la vie de notre village, ceci afin d’éviter de détourner ” la petite gazette de Fos “de son but premier : l’information .

          • Fort bien Monsieur Bates ! Cela me donnera l’occasion de vous rencontrer et de vous reconnaitre, puisque à ma connaissance nous n’avons pas été présenté jusque là.
            Vos mots sont bien choisis et je ne manquerai pas d’y répondre verbalement.
            Ma “vocation” ne se résume pas à arborer la fierté d’appartenir à un village. Parler pour le bien de notre village ne me fait pas oublier que nous vivons dans une entité plus grande, la France, et au-delà la planète Terre. J’espère que nous en avons tous conscience.
            Adishatz (comme on dit ici)
            A l’ar’voyote (comme aurait dit mes ancêtres bourguignons)

  8. J’ajouterais que cette intervention de Monsieur Le Maire, aussi franche qu’elle puisse être, était loin d’être stratégique politiquement au regard des dissensions municipales que nous avons à Fos. Comme quoi les avis et décisions politiques n’ont pas à voir qu’avec les convictions profondes des gens, mais tiennent compte des aigreurs ou affinités personnelles de chacun. Je pense que cela nous sera dommageable dans les 5 prochaines années au moins…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*