Le torchon brûle-t-il ?

Lors du conseil municipal, plusieurs points à l’ordre du jour concernaient la Gentilhommière.

Si le fait de ne surtout pas laisser tomber le dernier commerce du village, à savoir la Gentilhommière, fait consensus, le moyen d’y parvenir ne fait pas encore l’unanimité.

M. Pascal Penetro a exposé un projet de grande envergure qui a de quoi faire rêver. C’est un projet ambitieux qui redonnerait à Fos de réels moyens pour attirer jusqu’à nous de nouveau citoyens, de proposer des services et de créer des emplois. En ces temps de grand bouleversement dû au changement climatique et à la crise du COVID-19, l’envie pour beaucoup de quitter les grandes agglomérations n’a jamais été aussi marquée. Encore faut-il que le village soit attractif.

La Gentilhommière sera donc un ERP multi-services proposant bar, hôtel, restaurant mais aussi cantine de l’école, épicerie… On peut aussi facilement imaginer : espace de télétravail, salle de réunion, salle d’activité pour des associations, espace de vie public en intérieur et en extérieur.

Cet espace public serait au sein d’un parc englobant l’actuelle place de la mairie, tout le bâtiment de la Gentilhommière, le bâtiment à l’arrière de la Gentilhommière ainsi que la plaine de jeux de l’école, un véritable parc, un véritable espace public. La mise en place de ce beau projet n’est évidemment pas à notre portée financière mais moyennant différentes subventions, seuls 20% du projet resteraient à financer. Par la suite, les frais de fonctionnement seront auto-financés.

Alors, si tout est beau dans le meilleur des mondes, qu’est-ce qui brûle ?

M. Dominique Boutonnet a tenu à souligner plusieurs points qui lui interdisent de donner son accord à ce projet, en l’état. En premier lieu, il rappelle que depuis cet été, il avertit que l’établissement n’est pas aux normes, qu’aucune inspection n’a été faite, qu’il est donc dangereux, voire irresponsable de faire travailler du personnel dans ces conditions.

De plus, le projet, basé sur une gestion communale, va demander plus de deux salariés étant donnée l’amplitude horaire de travail envisagé avec, en plus, les congés qu’il faut bien prendre en compte. Ayant été personnellement très investi en tant que bénévole depuis l’été, il évoque une charge de travail très importante. Enfin, évoquant sa profession de foi des dernières élections, il désire une démocratie beaucoup plus participative. Il déplore un manque de dialogue avec les Fosséens et un manque de participation avec les administrés. Il trouve que ce projet n’est pas assez “travaillé” et qu’il ne veut donc pas engager le village dans de telles dépenses sans avoir un dossier plus solide.

Pour ma part, je me garderais bien de jeter la pierre à l’un ou l’autre car les deux ont raison. Je pense que ce projet peut sauver Fos d’une mort annoncée mais j’aimerais beaucoup plus de communication et de concertation.

Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté.

Winston Churchill

2 Comments

  1. Je suis tout à fait d’accord avec votre conclusion. Cet article a le mérite de rendre lisible pour tous les tensions et les difficultés actuelles de ce dossier de La Gentilhommière. Merci !

  2. d’accord avec M.Boutonnet il faudrait d’abord mettre aux normes la Gentilhommière qui rend d’énormes services, et puis, on voit……
    M.BARRAU

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*