Restauration de notre patrimoine

Il n’y a pas que de mauvaises nouvelles en ce moment !

La restauration de plusieurs pièces majeures de l’église Saint-Pierre-aux-Liens de Fos est en cours. Il était grand temps de s’occuper de ces joyaux car leur état de santé n’était pas au plus haut. Coups, éclats, peinture écaillée et défraîchie, saletés et même des parties manquantes comme la main de ce pauvre enfant Jésus.

Tout ce travail minutieux et délicat de nettoyage et de reconstruction ne peut être effectué que par des personnes habituées aux œuvres d’art. C’est le cas ici puisque le diocèse de Toulouse a déjà fait appel à notre restauratrice pour leur Sainte Vierge Marie.

Mais d’où vient ce mot de « restaurateur » ? Il vient de loin à travers les siècles. Il y a plus de 400 ans, il désignait un aide-chirurgien qui remettait en place un membre cassé. Puis il se mit à désigner la personne qui rétablit, qui répare quelque chose et spécialement l’artiste dont le métier consiste à réparer les œuvres d’art. L’origine du mot en dit long sur la précision des gestes à effectuer.

C’est donc grâce à ce savoir-faire que notre Christ, sculpté vers 1863 par Jean Jules Cambos (1828-1917) a retrouvé son éclat. Grâce aux techniques de restauration des œuvres d’art et la protection du patrimoine face aux attaques du vieillissement et des pollutions.

5 Comments

  1. Bravo d’avoir entrepris ces restaurations. Il y a un énorme
    travail à faire mais, avec la volonté de tous, notre patrimoine
    sera sauvegardé et mis en valeur.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*